Étude de faisabilité sur la Visiobox

cherif-mili-jvf-agency

Chérif Mili dirige la société de service JVF Agency, spécialiste de la création de start-ups “sur commande” pour les grands comptes. Il revient pour nous sur sa collaboration avec Digitam dans le cadre de l’étude de faisabilité réalisée pour la Visiobox…

Présentez-nous l’activité de JVF en quelques mots…

JVF est une boîte de services. Nous créons des startups sur commande pour les grands comptes : les grandes entreprises voient émerger beaucoup d’idées innovantes mais ne savent pas comment les pousser rapidement vers le marché. Notre mission est de donner vie à ces idées en créant des startups à partir de zéro. Nous validons l’existence d’une opportunité business, construisons un projet viable, trouvons un entrepreneur expérimenté et livrons une startup “prête à l’emploi” que la grande entreprise financera en échange de parts dans le capital. Pour faire simple, en exploitant l’écosystème et le savoir-faire startup, nous permettons aux grandes entreprises de créer des filiales à une vitesse record et en divisant l’investissement par 15.

Vous avez fait appel à l’expertise de Digitam pour une étude d’expertise, expliquez-nous cela…

Dans le cadre d’une mission de création de startup pour une entreprise cliente, nous devions valider la faisabilité technique de “Visiobox”, une solution de visioconférence innovante. Il s’agit d’un dispositif physique cumulant des problématiques hardware, software et télécom. Nous nous sommes adressés à Digitam pour valider qu’il n’y ait pas d’obstacles technologiques pour la réalisation de la solution et pour identifier les pistes à privilégier pour la conception.

Étude de faisabilité : quelles ont été les réponses concrètes apportées par Digitam ?

La solution de visioconférence que nous cherchons à développer est un prolongement du smartphone. Je lance l’app de visio sur mon smartphone (Skype par exemple) et la Visiobox va prendre en charge les entrées et sorties audio et vidéo (caméra, projecteur, enceintes, microphone) et ainsi me permettre d’inclure plusieurs participants autour de moi avec un niveau de confort comparable à celui d’une salle de visioconférence. Le hardware est en outre mobile et peut fonctionner sur batterie.
L’étude de Digitam nous a fait réaliser qu’il n’était pas possible de substituer la caméra de la visiobox à la caméra de l’iphone sans hacker ce dernier. Une solution aurait alors pu être de développer une application propriétaire (pas Skype donc) qui aurait su tirer parti de la Visiobox, mais cela posait d’importantes problématiques quant à la liaison sans fil entre la Visiobox et le smartphone, il aurait certainement fallu définir un protocole propriétaire, soit un coût élevé, pour des performances qui n’auraient de toutes manières pas été satisfaisantes.
Face à ces obstacles, nous avons alors opté pour une nouvelle stratégie, l’app de visioconférence ne tournerait pas sur le smartphone, mais sur la Visiobox elle-même, la transformant ainsi de simple périphérique à véritable terminal de visioconférence. Le smartphone ne serait alors qu’une télécommande. Les questions qui se posent alors sont : est-il possible d’installer les diverses applications de visio existantes directement sur la Visiobox, puis de les contrôler à distance via le smartphone ? La réponse a été affirmative, en installant l’OS Android sur la Visiobox et utilisant un protocole de test existant permettant de manipuler une interface visuelle programmatiquement sans l’afficher sur un écran.
Digitam nous a donc permis de nous apercevoir que notre approche initiale n’était pas réalisable puis nous a conçu une nouvelle stratégie d’implémentation en identifiant les différentes briques technologiques nécessaire. Nous savons désormais dans quelle direction nous avançons.

Je n’ai pas évoqué ici la composante purement hardware de l’étude (puissance du micro-contrôleur, type de projecteur, autonomie du système, poids de la batterie, caractéristiques de chauffe) qui est un peu moins accessibles, mais tout aussi nécessaire pour valider qu’il n’y ait pas de points bloquants pour la réalisation de la Visiobox.

Digitam place l’humain au cœur du code : que cela signifie-t-il dans l’approche métier qu’ils ont établi avec JVF et le client final ?

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans le travail avec Digitam c’est la grande disponibilité de Laurent et sa flexibilité dans le travail sans que cela affecte la rigueur de sa démarche. Laurent aime transmettre, c’est dans sa nature, et il a commencé à nous donner des éléments de réponses avancés avant même que le contrat soit signé. Evidemment, je n’en ai pas abusé, mais c’est quelque chose de très appréciable, on se sent entre de bonnes mains, surtout que Laurent est passionné par son métier et extrêmement exigeant avec lui-même.

Pour résumer, au delà de son expertise de haut niveau, l’équipe est composée de passionnés avec une véritable démarche d’accompagnement. C’est plutôt agréable de faire du business dans ces conditions.

Si vous deviez décrire Digitam en trois mots, ce seraient…

Expertise, passion, accessibilité.

Retrouvez comment Digitam accompagne les entreprises dans leur étude de faisabilité